Peinture, couture, tricot, décoration, patisserie, bricolage, cuisine, photographie...

samedi 24 octobre 2015

Être un parent-avion

C'est pas facile être maman en 2015!
Peu importe la décision qu'on prend, il y a toujours quelqu'un pour nous dire qu'on a tort.

Accouchement à l'hôpital ou en maison de naissance.
Allaitement ou biberon.
Portage ou poussette.
Suce ou pouce.
Purées ou DME.
Vaccins ou pas.
Maman à la maison ou de retour au travail.
Garderie en milieu familial ou CPE.
Pour ou contre les écrans.

Il faut être convaincues de nos choix.
Malheureusement, nous sommes souvent notre pire ennemi!

J'ai été une maman excessive, une jeune maman qui pensait que je devais TOUT donner pour bien accomplir mon nouveau rôle.
Une maman en perte d'équilibre qui s'est perdue quelque part entre l'isolement, les changements de couches et le dévouement TOTAL envers son enfant.
Je pensais que je devais regarder mon bébé respirer 24h/24.

Ouch.
Ça m'a pris 9 mois à comprendre.
Je suis du genre à devoir toucher le fond avant de me réveiller. (Moi excessive?!! Pfff!)

Nous sommes toutes un amalgame de rôles.
Femmes, amoureuses, mères.
Et notre défi est de trouver l'équilibre. NOTRE équilibre.

Notre défi est devenir un parent-avion.
Vous savez quand on prend l'avion, on nous explique que si les masques à oxygène tombent nous devont mettre le nôtre avant de mettre le masque à notre enfant.
Évidemment ce n'est pas le réflexe que nous aurions, mais c'est la chose à faire.
Comment peut-on sauver son enfant si on ne se sauve pas d'abord?

Je repense souvent à cette référence.

Pour moi l'équilibre, c'est de prendre mon jeudi soir pour aller faire du yoga et passer du temps entre amies.
C'est de mettre mes enfants devant la télé pour préparer le souper.
C'est d'attendre de coucher les enfants le vendredi pour souper en tête-à-tête avec mon chum.
C'est de laisser mes petits à la halte-garderie le mercredi après-midi pour aller accomplir mon rôle de marraine d'allaitement.
C'est de traîner ma tablette dans les salles d'attente pour occuper les nains.
C'est de les coucher à 19h pour ensuite pouvoir faire mes projets.
C'est de m'entraîner le mardi et jeudi matin avec ma sœur.
C'est que chacun dorme dans son lit la nuit.
C'est de mettre tout le monde dans un bain moussant quand je suis à cours d'énergie.
C'est de prendre une soirée par année pour aller veiller avec mes sœurs comme une jeune adolescente.
C'est de rentrer les sacs d'épicerie avant de détacher les 3 monstres de leurs sièges d'auto.

Ça, c'est mon masque à oxygène.
Celui qui me permet ensuite d'apprécier le temps que je passe avec mes enfants et d'être à mon meilleur.
C'est mon équilibre, ma limite.

Toi, as-tu appris à mettre ton masque avant celui de ton enfant?










1 commentaire:

catherine guertin a dit…

Wow! Ça fait plein de sens mais c'edt un concept à travailler en pratique :)